La production audiovisuelle investit le « Cloud »

Aframe lève 7 Millions de $ pour mettre la production vidéo dans le nuage

Basée à Londres, le fournisseur de plateforme de production vidéo hébergée dans le « Cloud » ,  Aframe a levé de nouveaux fonds pour étendre ses activités au niveau international. Le tour de table,  qui a été mené par Placements Octopus Ventures et Eden, avec la participation d’investisseurs existants, notamment Ventures Northstar, sera utilisé pour ouvrir de nouveaux bureaux à Boston, New York et Los Angeles.
Aframe a construit une plate-forme de gestion de la production vidéo et de collaboration dans le « Cloud ». Plutôt que d’utiliser le flux de travail actuel de partage et de mise à jour des documents et rushes vidéo par le biais de stockage e-mail ou en ligne, Aframe fournit une solution de bout-en-bout pour les maisons de production, avec des volumes de stockage et des solutions pour accéder, mettre à jour et modifier tous les les documents et les éléments vidéo dont ils ont besoin pour produire une émission de télévision ou un film.
La plate-forme fonctionne en « ingérant » les différents éléments vidéos tout en assurant le transcodage et le stockage des vidéos tout en permettant aux équipes de collaborer. Celle-ci fournit le partage de documents, le calendrier des commentaires de partage de vidéos, les outils de validation et d’approbation pour les équipes de production.
« Cloud » oblige, le système propose également l’indexation des médias par des balises permettant facilitant la recherche de vidéo, notamment  selon leur ordre chronologique, permettant ainsi aux utilisateurs de retracer rapidement les éléments dont ils ont besoin.
Un tel schéma inscrit dans le « Cloud  » augmente la flexibilité offerte au personnel de production ont, tout en intégrant la possibilités d’avoir des points d’entrée séparés – notamment en ce qui concerne l’équipement – et la nécessité de passer des fichiers volumineux entre les membres de l’équipe pour l’édition ou d’approbation.  Contrairement à d’autres sociétés, Aframe a construit sa propre infrastructure « Cloud » pour le stockage et la collaboration – ce qui signifie qu’il n’est pas dépendant d’une tierce partie –  son espace numérique est donc le seul endroit où ces fichiers sont tous détenus.
Le schema de commercialisation de la plate-forme de Aframe est proposée avec une base  freemium,  modèle type aux comptes gratuits, suivis de comptes personnels professionnels à partir de 99 $ par mois et par utilisateur. Les comptes d’entreprise coûte 249 $ par personne et par mois. Ce modèle de tarification s’adresse à des clients, petits et grands, parmi lesquels on compte déjà  des productions sur des réseaux comme MTV et la BBC.
Le financement total à ce jour est d’environ 10 millions de dollars, comprenant notamment un montant d’environ $ 3 millions de dollars « ange super » ronde qui a soulevé de Aframe execs anciens à Endemol, Vodafone et AMV BBDO, entre autres.
Cette montée en puissance s’accompagne, bien entendu, de plans d’action internationaux conséquents pour la société, incluant notamment l’embauche de Mark Overington, qui a siégé à l’équipe fondatrice de Avid Technology. Ce dernier devrait présider au développement d’Aframe en Amérique du Nord.
Aujourd’hui, Aframe compte 34 collaborateurs, la plupart situés dans le Royaume-Uni, mais l’intention est clairement de développer les ventes et le marketing dans les plaques tournantes americaines de la production que sont New York et Los Angeles.
Decidement le « nuage » ne perd pas de temps pour s’étendre. S’il est étonnant que le ciel se couvre ainsi dans le secteur,audiovisuel, segment qui sollicite de gros répondants tant au niveau du stockage que du débit ou de la bande passante, force est de constater que les avancées technologiques récentes ont virtuellement réduit tant en taille qu’en débit de bande passante, les contraintes d’hier. À ce rythme là, après la disparition des supports non analogiques puis la dématérialisation des supports audiovisuels, il ne faudra peut plus attendre,longtemps pour que les équipes de reporters, où qu’elles.oient dans le monde.

Avec l’aide de Ryan Lawler , via un article publié sur GigaOM Pro

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s